La coutume remonte à 1933 quand Louis Meyer a bu un verre de lait ribot pour célébrer sa deuxième victoire aux 500 miles d’Indianapolis. En fait c’est sa mère qui lui avait toujours appris que la meilleure chose à boire par une chaude journée était un verre de lait ribot.

En 1936, lorsqu’il s’est à nouveau imposé, il a cette fois utilisé une grande bouteille de lait à la place d’un verre.

C’est alors qu’un des patrons de la Milk Foundation, en voyant la photo de Meyer sur la Victory Lane dans le journal, s’est dit que c’était une chance incroyable de communiquer et de faire devenir la bouteille de lait, l’un des symboles des 500 Miles.

La tradition s’est alors répétée pendant quelques années, avant une pause entre 1946 et 1955 quand le lait n’était plus offert au Speedway. Mais depuis, la coutume n’a plus jamais été arrêtée et désormais, chaque pilote sur la grille de départ peut même donner ses préférences. Elles vont du lait entier au lait écrémé, le lait ribot n’étant plus proposé.